IMG_4877.jpg

LA GRANDE COLOC INTERCELTIQUE

Un siège, c’est avant tout beaucoup de patience. Et quand on est les uns sur les autres, entre tribus rivales, ce n’est pas évident !

Pour attaquer la colonne romaine en marche, contrairement à l'option guérilla retenue par le public de notre jeu, les Gaulois décident d'attaquer frontalement et sur les côtés. Leur but : traverser par trois fois la colonne et détruire les bagages des Romains. L’assaut de cavalerie gauloise sur les légions en marche est repoussé grâce aux mercenaires germains, et 3 000 Gaulois périssent dans la retraite*. Vercingétorix se replie sur Alésia, un petit oppidum à une demi-journée de marche de la bataille, avec la visible intention de s’y laisser enfermer.

 

C’est la capitale des Mandubiens, un peuple dont on sait peu de choses, mais qui aurait pu migrer de Gaule belgique. Les autres Gaulois lui confèrent un statut inférieur, et leur territoire est probablement assujetti aux Lingons.

 

Initialement, comme à Gergovie, Vercingétorix installe son armée hors des murs de l’oppidum. Le camp de cavalerie est situé à l’est de la ville, selon César, à un endroit du plateau où affleurent des sources d’eau.

Alésia carte 1_edited.jpg

Les Romains arrivent sur place un jour après les Gaulois. César ordonne d’encercler le site sur un vaste périmètre. Avant que l’encerclement ne soit complété, Vercingétorix tente des escarmouches en harcelant les Romains avec sa cavalerie. Mais comme lors de la première bataille, les légions et les cavaliers germains se portent au secours de la cavalerie romaine quand elle commence à flancher. 

 

La débâcle gauloise est totale, et les mercenaires à cheval poursuivent les Gaulois jusqu’aux portes de l’oppidum. C’est la panique chez les fuyards : les portes de la ville forment un goulet d'étranglement, les soldats en déroute ne passent qu’au compte-goutte - certains tentent d’escalader les murs. Beaucoup se font massacrer aux pieds de l’enceinte de l’oppidum.

 

Suite à cette bataille, Vercingétorix ordonne que toute l’armée rentre dans la ville. 98 hectares pour environ 80 000 personnes, ça donne 12 m2 par assiégé… Ça va, mais il n’y a rien de trop. La cohabitation entre tribus alliées depuis peu est un enjeu supplémentaire pour Vercingétorix, qui va imposer une discipline de fer pendant le siège.

 

Saurez-vous vous y tenir ?

* Dans le jeu, le public a retenu une technique de guérilla plus efficace que dans l'histoire réelle : les pertes ont été plus grandes chez les Romains. Mais la volonté des Eduens de remporter une victoire rapide a compromis ce plan.